Jean-Pierre Gruest Kiné actualité – www.kineactu.com - 3 décembre 2019

Il est avéré que l'alimentation et la nutrition jouent un rôle majeur dans le fait d'être en bonne santé, ou dans la bonne prise en charge d'une maladie. Pourtant, peu de professionnels de santé bénéficient d'une formation suffisante pour donner des conseils nutritionnels judicieux à leurs patients. Pour y remédier, Stéphane Clément, kinésithérapeute ostéopathe, et le Dr Erwan Zidi, médecin généraliste, ont développé une application gratuite permettant de relier la nutrition et la santé : Dieteclic.
En 2017, l'ARS Île-de-France lance un appel à projets pour intégrer des solutions innovantes sur Terre-eSante, sa plateforme d'échange de partage et de services visant à faciliter la coordination et la prise en charge de patients complexes. Stéphane Clément et le Dr Erwan Zidi, qui exerçaient alors dans la même maison médicale dans le Val-de-Marne, proposent une application mobile permettant de surveiller et suivre son alimentation. "Il existait bien quelques applications, gratuites ou payantes, pour certaines pathologies mais aucune qui soit polypathologique", précise le kinésithérapeute ostéopathe de Briis-sous-Forges (Essonne).


Développée avec plusieurs professionnels de santé (médecins généralistes et spécialistes, diététiciennes, sage-femme), Dieteclic regroupe des informations concernant plusieurs pathologies (diabète de type 2, diabète gestationnel, hypertension…), notamment sur l'alimentation conseillée et les portions à respecter, mais aussi par rapport à la grossesse (quels sont les interdits et les risques de certains aliments, l'alimentation de la femme allaitante ou par biberon…), pour maîtriser son poids (les conseils de base pour perdre du poids, l'activité physique, comment un professionnel peut vous aider…) ou encore concernant l'alimentation sous anticoagulants.

L'idée de cette application tient au fait que "l'intérêt de la nutrition est mis en avant depuis des années et, à ce titre, tout praticien devrait avoir des connaissances de base pour pouvoir conseiller ses patients diabétiques ou insuffisants cardiaques, par exemple. Or c'est rarement le cas", constate Stéphane Clément, qui a passé un DU de pratiques paramédicales en Nutrition et Micronutrition.

Un moyen d'enrichir son exercice et d'accompagner ses patients

Outre permettre aux professionnels de santé d'accéder gratuitement à ces connaissances et ainsi d'enrichir leur exercice, l'objectif est aussi d'accompagner des patients polypathologiques qui, très souvent, n'ont que peu d'informations sur les liens entre la nutrition et ce dont ils souffrent. "Il est important de connaître la quantité de glucides, l'index glycémique (IG) et la charge glycémique (CG) des aliments que l'on consomme en cas de diabète (ou pour perdre du poids), quels aliments sont trop riches en sel en cas d'hypertension, quels sont ceux pouvant faire varier l'INR, quels sont ceux à proscrire en cas de chimiothérapie ou pour éviter la listériose, quels sont ceux qui sont sources d'omega 3 pour les patients souffrant d'une pathologie cardiovasculaire…", énumère-t-il, insistant également sur l'importance d'avoir des connaissances de base en la matière dans le cadre de la réadaptation à l'effort, et du sport de façon générale. "Faire un repas avec des aliments à index glycémique élevé avant un effort peut s’avérer contreproductif", affirme-t-il, précisant que "de nombreux sportifs prennent des compléments alimentaires, souvent sans intérêt voire nocifs, alors qu'une alimentation appropriée pourrait être suffisante".

Téléchargeable sur Apple Store et Google Store, Dieteclic peut être utilisée sur smartphone, tablette ou Internet. "Elle est vouée à évoluer, avec l'ajout de nouvelles pathologies et la mise à jour des données selon les publications", précise Stéphane Clément. Toutes les informations répondent aux recommandations officielles de la Haute autorité de santé (HAS), Santé Publique France ou encore de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Une soixantaine de références sont listées et consultables en ligne.
Financée par le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah), l'application est gratuite, "sans lien commercial et élaborée en toute indépendance".

Des données validées et issues de recommandations officielles

Pour Stéphane Clément, Dieteclic peut s'avérer un outil d'autant plus intéressant pour ses confrères masseurs-kinésithérapeutes parce qu'ils sont amenés à voir leurs patients plusieurs fois par semaine. "Ils peuvent donc leur prodiguer plus facilement des conseils, voire les inciter à télécharger l'application", explique-t-il. Globalement, celle-ci permet, entre autres, de connaître les recommandations nutritionnelles pour différents états de santé (grossesse, diabète, hypertension, surpoids…) et de croiser ces informations avec les aliments, d'accéder à des fiches d'information sur la diététique (qu'est-ce qu'un lipide, un glucide, un sucre, comment lire une étiquette…), et de connaître la composition nutritionnelle de plus de 4 000 aliments, bruts ou transformés, grâce à la base du Ciqual mis en place par l'Anses. "Lorsque vous choisissez une ou plusieurs pathologies, par exemple le diabète et l'hypertension, vous pouvez voir immédiatement, grâce à un code couleur, si un aliment est trop sucré ou trop salé. Pour la grossesse, les aliments interdits apparaissent en rouge", précise le kinésithérapeute.
Dieteclic permet aussi de connaître les index et charges glycémiques de plus de 800 aliments cotés par l'Université de Sydney, les aliments ayant un code Nutri-Score validé ou encore de rechercher des aliments riches en fer, calcium, calcium sans lactose, omega 3 type EPA, vitamines, etc.

© D.R.